Aron Made signe là une comédie réjouissante et plus profonde qu’il n’y paraît sur le sens de la vie, la relation Père fille, l’ascension sociale et les relations homme-femme.

Ce film est particulièrement bien abouti. Malgré sa longueur, 2h42, nous entrons irrésistiblement dans la vie de ces personnages. Le père, écolo est dépassé par l’attitude de sa fille carriériste pour un groupe pétrolier. Lors d’un bref déplacement familial, elle reste distante et suspendue au téléphone. Inquiet de ne pas la sentir heureuse, il se déplace à Bucarest, sur son lieu de travail, pour s’assurer de son bien-être et s’invite dans sa vie professionnelle. Dans un premier temps désagréablement surprise, elle s’habitue à ses facéties qui sont désopilantes.

Ce film est bon enfant avec une première lecture extrêmement drôle. Les répliques font mouches et les situations sont cocasses. Prise dans l’engrenage des mensonges de situation, Tony Erdmann, nom inventé de toute pièce par le papa, fait de sa fille sa complice et lui redonne sa joie de vivre.

Certaines scènes sont d’anthologie : la livraison du facteur et l’anniversaire laisseront un souvenir impérissable, alors que la salle entière se gondole de rire.

Comment évoluera leur relation ? Quel sera le choix de carrière de la jeune femme ? C’est en allant voir Tony Erdmann que vous obtiendrez toutes ces réponses et bien plus encore. C’est un vrai film, fait de chair, de sang et de vrai spectacle. A aller voir absolument, vous allez adorer !

Angélique Josse