Steven Spielberg signe là un film pour les enfants mais aussi pour les plus grands. Il s’est inspiré d’une histoire de Roald Dahl, un écrivain britannique original et inventif du siècle dernier qui a notamment écrit « Charlie et la chocolaterie » et bien sûr de Disney.

C’est un roman qui a été publié en 41 langues et qui était une des histoires préférées de son auteur. Melissa Mathison, disparue le 4 novembre 2015, l’a fidèlement adapté pour le tournage. Cette histoire a été publiée en 1982, date à laquelle où Steven Spielberg a sorti E.T.

Le film raconte l’histoire de cette petite orpheline, Sophie, âgée de 10 ans, qui déroge aux règles de l’orphelinat et se fait enlever par un bon géant. Petit clin d’œil à la peluche d’E.T. dans le dortoir des filles de l’orphelinat où vit Sophie à Londres.

Mesurant 7 mètres de haut, doté de très grandes oreilles et d’un excellent odorat, BGG, le Bon Gros Géant est un être attachant et secret, bien que pas très malin. Ses frères sont deux fois plus grands que lui. Ils dévorent les humains, alors que BGG est végétarien. Il préfère manger des légumes bizarres,  les schnockombres qu’il déteste. Il parle le Gobblefunk, lit Nicholas Nickleby de Dahl’s Chickens. C’est un incompris. Il est tout aussi solitaire que Sophie. C’est pour cela qu’ils se comprennent si bien.

Le Gobblefunk est un langage qui a été créé par Roald Dahl. Il comprend des termes inventés, détournés et des mots valises qui sont à côté de la plaque. Bavard se dit « sac-à-mots », Frétibulle est une boisson pétillante dont les bulles vont vers le bas au lieu de remonter à la surface. Epouvansonge est évidemment un horrible cauchemar et ainsi de suite.

Sophie découvre avec émerveillement le pays des géants. Elle a beaucoup de questions à poser. BGG l’emmène au Pays des Rêves, où il recueille des rêves qu’il souffle ensuite aux enfants. Ils s’apprivoisent. Mais les autres géants reniflent l’odeur de la fillette et la cherchent partout pour la manger.

Les géants sont Bouffe-Chairfraîche, interprété par l’humoriste Jemaine Clement. C’est le leader de la bande. En fait, c’est un tyran et un lâche avec un petit pois en guise de cervelle. ;

Buveur de sang, joué par Bill Hader est le cerveau du groupe. Il a mis au point une série de règles que le gentil géant enfreint malgré lui.

Mangeur d’Hommes est interprété par Adam Godley. C’est le plus maigre et le plus lent des géants. Gobe-Gésier est le plus petit des neufs géants, incarné par Chris Gibbs. C’est le pacificateur du groupe.

Croqueur d’os est joué par Michael David Adamthwaite qui est le plus jeune.

Bave-Bidoche est incarné par Paul Moniz de Sa, c’est le plus blagueur de la bande et le chasseur d’enfants. Jonathan Homles est Mâche-Mioches, le meilleur ami de bave-Bidoche. C’est le plus séduisant du groupe qui se préoccupe de son apparence.

Ecrabouille-Filles est joué par Olafur Olafsson, le plus élégant de la bande. Le Garçon Boucher, incarné par Daniel Bacon, boîte suite à une bagarre avec Bave-Bidoche qui l’a laissé partiellement paralysé. Il est amer de ne pas être le meneur.

Sophie propose à BGG d’avertir la Reine. Ensemble, ils vont mettre un plan au point pour se débarrasser des méchants géants.

L’idée est un peu la même que dans E.T. l’extra-terrestre qui raconte une amitié atypique entre des enfants et un extra-terrestre.

Dans BGG, il s’agit d’une histoire sur l’amitié, la loyauté et le fait de protéger ses amis. C’est une petite fille qui aide un géant. Pour Steven Spielberg, cette histoire qui a permis de s’évader au pays des rêves et de l’imaginaire en laissant libre cours à son imagination.

Roald Dahl et Walt Disney s’étaient rencontrés en avril 1943 pour évoquer plusieurs projets dont l’adaptation des Gremlins. Le livre a été publié par Disney et le film a été adapté par Steven Spielberg. BGG a donc été tout naturellement le premier film Disney réalisé par Steven Spielberg.

Sophie, du nom de la première petite-fille de Roald Dahl, est interprétée par Ruby Barnhill. Elle a une forte personnalité et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle remonte le moral de BGG, incarné par Mark Rylance.

Le rôle de la Reine a échu à Peneloppe Wilton qui a déjà joué dans Indian Palace et Orgueil et Préjugés. Rebecca Hall qui a joué dans Iron Man 3 et The Gift joue l’assistante de la Reine. Son mari, le maître d’hôtel est joué par Rafe Spall, (The Big Short : le casse du siècle).

Une nouvelle technique a permis de fusionner le réel et l’imaginaire, intégrant la prévisualisation. Le tournage a commencé au printemps 2015 dans un vieil entrepôt à la périphérie de Vancouver, transformé en studios.  Le tournage a été un procédé hybride avec prises de vues réelles et techniques de capture dans trois décors réels, aux tailles différentes, construits spécialement pour le film et particulièrement soignés.

On plonge joliment dans ce film plein de poésie, empreint de la noirceur magique  propre à l’univers de Roald Dahl. Nous redevenons des enfants qui découvrent le monde des géants. On peut malheureusement, regretter un certain déséquilibre dans l’exploitation de l’histoire. La partie réservée au petit déjeuner chez la Reine, arrive comme un cheveu sur la soupe. Malgré les réactions physiologiques à un soda magique,  passage d’anthologie pour les enfants, cette séquence n’apporte rien à l’histoire.

On peut aussi être déçu par le résultat graphique, malgré tout le soin apporté à l’élaboration du film.

Ce film est parfait pour des enfants mais laisse un sentiment de déception par rapport au talent de Steven Spielberg. Il nous a habitués à nous faire vibrer et nous restons un peu sur le carreau. Dommage !

Angélique Josse